L'ARMENIE

Ensemble GEGHARD d'Erévan 

 

           L’Arménie est un pays situé dans la région du Petit Caucase en Asie occidentale.

Cette ancienne république socialiste soviétique a des frontières terrestres avec la Turquie à l'ouest, la Géorgie au nord, l'Azerbaïdjan à l'est et l'Iran au sud.

Bien que géographiquement située en Asie, l'Arménie est considérée comme faisant culturellement, historiquement et politiquement parlant, partie de l'Europe, voire, géographiquement, à sa lisière. Le pays est d'ailleurs considéré comme un berceau du christianisme et des civilisations indo-européennes. Il a joué un rôle historique dans leur diffusion. L'Arménie est membre de plus de trente-cinq organisations internationales, comme l'ONU, le Conseil de l'Europe, la Communauté des États indépendants, etc. Sa candidature à l'Union européenne a récemment été envisagée.

L'Arménie est un État-nation unitaire, démocratique et multipartite doté d'un riche héritage culturel. Une des plus anciennes civilisations au monde, son territoire représente seulement un dixième de l'Arménie historique. L'Urartu était établi en 860 av. J.-C. et était remplacé par la satrapie d'Arménie au vie siècle av. J.-C.. Au Ier siècle av. J.-C., le royaume d'Arménie sous Tigrane le Grand atteint son apogée.

L'Arménie fut la première nation à adopter le christianisme comme religion d'État en 301. Bien que l'Arménie soit un pays constitutionnellement séculier, la religion chrétienne y tient une place importante.  

En 1918, après la révolution russe, les pays non-russes déclarèrent leur indépendance ce qui entraîne l'établissement de la république démocratique d'Arménie. En 1920, le pays était incorporé dans la république démocratique fédérative de Transcaucasie qui devint un membre fondateur de l'Union soviétique. En 1936, la république transcaucasienne fut dissoute ce qui entraîna l'émergence de la république socialiste soviétique d'Arménie. La république d'Arménie devint indépendante en 1991 lorsque l'Union soviétique s'est désintégrée.

L'Arménie dispose d'un régime semi-présidentiel. Le premier président arménien fut Levon Ter Petrossian, qui avait pris les rênes du pays en 1991. En 1998, affaibli dans son pays après avoir souhaité renégocier le statut du Haut-Karabagh, il est poussé à la démission avant d'être remplacé par Robert Kotcharian.

Serge Sarkissian, élu président en 2008 et réélu en 2013, fait voter à la fin des ses deux mandats une loi accordant plus de pouvoirs au Premier ministre, puis se fait nommer par le Parlement à ce poste, afin de contourner la clause constitutionnelle limitant à dix ans la durée des mandats de Président. Il est brièvement nommé à ce poste sous la présidence d'Armen Sarkissian—homonyme sans lien familial— en 2018, puis démissionne sous la pression de la rue et de la Révolution de velours qui lui reproche d'être corrompu. Le chef de l'opposition Nikol Pachinian lui succède au poste de Premier ministre le 8 mai 2017.

 

La population est officiellement estimée à 2 998 600 habitants en janvier 2016. Après de nombreuses années de diminution, la population arménienne s'est stabilisée. D'après les chiffres publiés début 2008, elle recommence à augmenter. Les autorités arméniennes se félicitent de voir enfin s’inverser en faveur des immigrants la balance migratoire arménienne, après de longues années d’émigration qui, surtout dans la décennie qui a suivi l’indépendance, ont provoqué une réduction démographique conséquente. Au 1er janvier 2009, l'Arménie comptait 3 238 000 habitants, dont 1 164 600 vivent à la campagne et 2 073 400 en ville (1 111 300 rien qu'à Erevan). Cependant, après ce bref sursaut démographique, la population a recommencé à diminuer, provoqué par une diminution de la natalité et une hausse de la mortalité dues au vieillissement de la population.

Peu peuplée, l'Arménie jouit du soutien d'une très importante diaspora arménienne à travers le monde : en Fédération de Russie (1,5 million), au Canada et aux États-Unis (1,2 million), en Syrie et au Liban (900 000) — dont 235 000 au Liban, 4 % de la population libanaise où ils constituent deux des dix-huit communautés officielles — dans l'Union européenne (surtout en France) (700 000) et en Amérique latine (200 000).

 

 

Erevan avec en arrière plan le Mont Ararat
Erevan avec en arrière plan le Mont Ararat

Erevan ou Yerevan est la plus grande des villes d’Arménie et sa capitale depuis 1918, la douzième depuis les origines de l’Arménie. La ville actuelle est en partie fondée sur l'ancienne cité urartéenne d'Erebouni. Elle est située à l'ouest du pays, à l'extrémité orientale de la plaine de l'Ararat, au-dessus des gorges de la rivière Hrazdan.

Elle connaît une histoire mouvementée faite de batailles, de pillages, d'incendies et de séismes pendant plus de 2 500 ans, devient la capitale de l'éphémère première République d'Arménie après la Première Guerre mondiale et recueille une partie des rescapés du génocide arménien. La ville s'étend rapidement au XXe siècle lorsque l'Arménie devient une des quinze républiques de l'URSS. D'une petite bourgade de quelques milliers d'habitants sous la première République, elle devient en moins de cinquante ans le principal centre culturel, artistique et industriel du pays, ainsi que le siège de ses institutions politiques.

En 2007, la population d’Erevan est estimée à 1 107 800 habitants et son agglomération très peu étendue autour de la ville regroupe avec ses 1 245 700 habitants (estimation officielle actuelle), plus de 42 % de la population arménienne. Ses habitants sont appelés les Erevanais et les Erevanaises.

Erevan a été nommé capitale mondiale du livre 2012 par l'UNESCO. Erevan est membre associé de Eurocities.

Le centre de la ville héberge les universités, l'Académie des sciences, les musées, les ministères, des bibliothèques publiques, des galeries d'art, des night-clubs, des salles de concerts… alors que les faubourgs sont principalement constitués d'immeubles de logement brejneviens.

Le Kentron (« centre » en arménien) se déploie principalement autour de la place de la République et de l'Opéra. Il est essentiellement composé de longues avenues ombragées aboutissant sur de grandes places bordées de constructions monumentales de type soviétique. L'originalité de ces constructions tient dans le tuf qui recouvre les façades ornées de motifs inspirés de l'architecture médiévale. Une des particularités de la ville relève aussi du nombre de fontaines situées au cœur d'espaces verts imbriqués dans la ville.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Ensemble National de Danse "Geghard", récompensé par une multitude de prix dans de nombreux festivals internationaux a été créé en Arménie en 1981. Le fondateur et le Directeur artistique de l'Ensemble est Monsieur Albert Kiziryan. « Artiste des Gens de la République » en Arménie, diplômé de l'Institut d'état de Moscou et des Arts Théâtraux, Responsable du Département de Chorégraphie de l'Université d'État d'Art de Yerevan et bien sûr professeur.

... En raison de la diligence du maître de ballet doué et la dévotion infinie des membres de la troupe, l'Ensemble "Geghard" a atteint très rapidement un haut niveau de performance et a aidé la troupe à obtenir la reconnaissance en Arménie comme dans des pays étrangers.
L'Ensemble a son propre programme de concert. Ce dernier est constitué de danses hautement artistiques comme "Festif", "la Danse des Cruches", "Artsakh", "la Danse des Bergers", "Shalakho", "la Danse de Shatakh", "Kochari", "Yar Khushta", "des Illusions", "les Images de Vieux Havlabar", "la Danse des Montagnards", "la Sayat-nova" et bien sûr le célèbre "la Danse avec des Épées" accompagnée par la musique d'Aram Khachaturyan.
... Toutes les danses sont exécutées avec un professionalisme certain et la chorégraphie de chaque danse exprime les vraies colorations nationales et le vrai visage des danses arméniennes.
... Les spécialistes déclarent à ce sujet que la grâce des danseurs et qualités des musiciens de la troupe réussissent à communiquer "le folklore de trois mille ans » au public comptemporain.

La création artistique de cet ensemble, ses compétences proche de la perfection, la recherche constante des nouvelles formes d'expression ont apporté à l'Ensemble une gloire méritée en France, en Syrie, Irak, Jordanie, Liban, Bulgarie, Roumanie, Pologne, Belgique, Grèce, Lituanie, Lettonie, Estonie, Géorgie, Russie, (Moscou et Saint-Petersbourg.

 

 

 

Cliquez pour agrandir la photo...

Le Festival Mondial de Folklore de Montréjeau est "Membre associé" au CIOFF France.

Natalie BERTRAND, la Voix de FOLKOLOR...

Retrouvez Natalie sur son site professionnel en cliquant sur le lien suivant :

http://www.nataliebertrand-voix-off.com/

 

qrcode